Close
A+A-

Vous êtes ici

Nos principaux métiers

Présentation des métiers sur lesquels nous recrutons régulièrement.

 

Bâtiment

Maçon coffreur-bancheur

Le coffreur est un spécialiste de l’utilisation du béton armé, qui travaille sur les grands chantiers du bâtiment (ponts, barrages, bâtiments industriels?). Il est présent lors de la réalisation du gros oeuvre : la pose des fondations, des piliers de soutien? Comment devenir Coffreur-bancheur ? Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération… MISSION DUTIER : COFFREUR-BANCHEUR Un coffreur est chargé de couler, démouler et installer les éléments en béton armé sur un chantier. S’il utilise des coffrages métalliques préfabriqués (les banches), on parle de coffreur-bancheur. S’il réalise des coffrages en bois, il est coffreur-boiseur. Le plus souvent, les coffreurs sont des ouvriers qualifiés qui maîtrisent les deux techniques, et ont également des compétences en maçonnerie, ferraillerie, etc. Sur un chantier, le coffreur : • lit les plans de l’architecte ou de l’ingénieur ; • commande le béton, le bois et l’acier en quantité nécessaire ; • prépare les moules : ce sont des structures en métal ou en bois, renforcées d’une armature métallique ; si la forme est simple, il peut utiliser des coffres préfabriqués ; si la commande est plus complexe, il fabrique lui-même le coffre avec des panneaux de bois ; • assure l’étanchéité du coffrage à l’aide de bandes adhésives ; • huile l’intérieur pour empêcher que le ciment s’y colle en séchant ; • supervise l’assemblage et la fixation du coffrage à l’endroit nécessaire sur le chantier ; • coule le béton armé dans le moule ; • démoule en prenant soin de ne pas abîmer le coffrage, qui pourra resservir. C’est aussi lui qui, sur un chantier, se charge de l’installation des structures porteuses (échafaudages, plateformes, étaiement). Le port d’équipements de protection (casque, chaussures de sécurité?) est obligatoire. DEVENIR COFFREUR-BANCHEUR : QUALITÉS REQUISES Le métier est également manuel (il faut être minutieux dans le traçage et la découpe du bois). Une bonne condition physique est requise : le coffreur porte de lourdes charges, il travaille en extérieur et en hauteur, dans des positions parfois quelque peu acrobatiques. Il doit donc être vigilant, et respecter les normes de sécurité.

Menuisier poseur et d’agencement

Portes, fenêtres, volets, escaliers, rangements, le menuisier est le spécialiste du montage et de l’assemblage. Que ce soit en atelier ou sur chantier, il doit faire preuve de doigté et de précision pour tracer, usiner les matériaux (bois, verre, aluminium…) et les composants qui seront ensuite installés dans l’habitat individuel ou collectif, les magasins, les bureaux et d’une manière générale pour aménager notre cadre de vie. Il peut aussi effectuer la restauration d’ouvrages anciens.
Le menuisier doit être à la fois habile dans ses gestes professionnels, et savoir faire des relevés de mesure, lire des plans d’exécution, faire des tracés et utiliser les machines fixes ou portatives avec lesquelles il réalisera et installera ses ouvrages. Mais il doit aussi posséder des notions d’esthétique et d’harmonisation des volumes lorsqu’il pose des revêtements tels que parquets, lambris, faux plafonds…
Selon les cas, le menuisier travaille dans un atelier, sur un chantier ou dans le lieu qu’il doit aménager. Il se déplace souvent et exerce en collaboration avec d’autres corps d’état du bâtiment (maçons, plombiers, peintres).

Couvreur zingueur

Le couvreur réalise ou répare les toitures des immeubles collectifs ou des maisons individuelles. Il intervient après la mise en place de la charpente afin de permettre aux autres corps d’état d’achever leur travail à l’abri des intempéries. Le couvreur peut aussi effectuer la pose de l’isolation thermique sous le toit, la mise en oeuvre de fenêtres de toit ou l’installation de capteurs solaires sur le rampant. Il peut également accomplir des travaux de restauration : clochers d’églises, dômes de monuments historiques…
A partir d’un plan, il prépare la surface à couvrir. Il fixe sur la charpente les supports des matériaux de couverture : tuiles de terre cuite ou de béton, ardoises, aluminium, zinc, bardeaux…. Il calcule au centimètre près la position des éléments de couverture l’un sur l’autre en fonction de la pente du toit. Il utilise des crampons, des crochets, des vis ou des clous pour fixer la couverture. Il scelle les matériaux et effectue des raccords à l’aide de mortier ciment, chaux et sable. Il assure également la pose de gouttières, de lucarnes et des abergements de cheminée. Tout cela, bien sûr, après avoir posé des échafaudages et les dispositifs de sécurité qui les accompagnent.

Installateur Thermique et Sanitaire

Le monteur en installations thermiques assure le confort des bâtiments en installant et en entretenant des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation. Il raccorde des appareils (chaudières, climatiseurs, ventilateurs, radiateurs et équipements de régulation) à des réseaux transportant de l’énergie ou des fluides (électricité, gaz, fioul, vapeur, eau).
L’évolution constante des techniques et les nouvelles orientations vers des énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie, biomasse,..) exigent une grande capacité d’adaptation et un bon niveau technique de sa part. Il doit prendre en compte une réglementation thermique qui exige des niveaux de performance élevés pour les installations, tant sur le plan du rendement que sur celui du respect de l’environnement.

Etancheur

L’étancheur réalise des revêtements d’étanchéité pour mettre « hors d’eau » les ouvrages d’art et les bâtiments. Il opère sur toutes les parois particulièrement exposées à l’eau ou à l’humidité : toits terrasses, balcons, parkings, réservoirs, terrasses, murs enterrés, tabliers de ponts, ou tunnels. Son travail doit être techniquement irréprochable pour éviter tous risques de sinistre. Il intervient en construction neuve après les travaux de génie civil, de charpente ou de gros oeuvre, ainsi qu’en réhabilitation pour maintenir la qualité des ouvrages. Après vérification des supports, il peut selon les cas réaliser différentes tâches : mise en oeuvre d’isolation thermique, de revêtements d’étanchéité et de leurs protections éventuelles (gravillons, dalles sur plots, végétalisation,..) et traitement des points singuliers tels qu’évacuations d’eaux pluviales et joints de dilatation.
Il pose et fixe, en fonction des surfaces à étancher, les matériaux isolants les plus adaptés : laine minérale, mousse plastique, verre cellulaire avec colle, bitume ou fixations mécaniques. Il met en oeuvre des revêtements d’étanchéité parmi lesquels : feuilles à base de bitume ou feuilles plastiques et élastomères.

Electricien bâtiment

L’électricien effectue tous les travaux d’installations électriques et de raccordement d’appareils électriques dans toutes les sortes de bâtiments en construction ou en rénovation : logements (immeubles ou pavillons), bureaux, commerces, usines, et tous locaux d’accueil, tels qu’hôpitaux, écoles, lieux de spectacles…
Il exerce son métier dans diverses activités qui sont autant de spécialités : éclairage, confort thermique, réseaux communicants, sécurité, gestion technique des bâtiments.
En se basant sur des plans, l’électricien détermine l’emplacement des éléments de l’installation électrique. Il procède ensuite à la pose des câbles, des tableaux ou des armoires électriques et des prises, et au raccordement de l’installation avec les appareils et le réseau extérieur. Tous les travaux de mises aux normes de sécurité électrique lui incombent également.
Sur les chantiers plus complexes, l’électricien se réfère aux schémas de montage et aux plans établis par les techniciens de bureau d’études. Après la mise en service, il est le plus souvent chargé de la maintenance.
Les automatismes, la gestion de l’énergie et les nouvelles énergies représentent une évolution du travail de l’électricien.

Travaux Publics

Canalisateur(trice)

Le canalisateur construit et entretient des réseaux de canalisations pour l’adduction d’eau potable, la distribution d’eau industrielle et la collecte des eaux pluviales et usées vers les usines de retraitement. Il intervient en ville comme à la campagne, comme salarié d’une entreprise de travaux publics qui intervient pour des clients tels que communes, régions….
Sur le chantier, il pose les tuyaux au fond d’une tranchée. Il effectue ensuite les raccordements et contrôle l’installation. Enfin, il remet en état la chaussée, les trottoirs et les caniveaux. Le canalisateur utilise des techniques de pointe pour effectuer les tâches délicates dues aux contraintes du chantier : pose de tuyaux à l’aide de laser, pose de canalisations sous un carrefour routier à l’aide d’outils de forage téléguidés, etc.
Le métier requiert une habileté manuelle, ainsi que des notions en maçonnerie. Exercé en plein air et sur des chantiers parfois éloignés, il demande de la résistance physique et une mobilité certaine. Dans ce métier, c’est la pratique qui prime. La volonté d’apprendre et l’esprit d’équipe permettent d’acquérir l’ensemble des méthodes de travail.

Constructeur(trice) en voirie urbaine

Le constructeur en Voirie et Réseaux Divers (VRD) intervient pour des aménagements urbains ou de loisirs : voies piétonnes, voies cyclables, trottoirs, places, aires de jeux, terrains de sport, etc., et pour des réseaux enterrés : assainissement des voiries, acheminement d’eau potable, pose de conduite de gaz, téléphone….
Son activité principale consiste à réaliser la pose de différents types de réseaux puis de revêtement de sol, en participant à tout ou partie des tâches d’un chantier (signalisation, implantation, conduites d’engins, pose de bordures et de pavés, réalisation de petite maçonnerie, pose de réseaux divers, etc.)
Le constructeur en Voirie et Réseaux Divers travaille au sein d’une entreprise de Travaux publics et sur des chantiers de différentes tailles, au grand air. Il doit aimer le travail en équipe et accepter de vivre selon le rythme du chantier, dans un environnement varié, en ville ou à la campagne.

Monteur de réseaux électriques aéro-souterrain

Nature du travail Raccorder les réseaux aux bâtiments Sa spécialité, ce sont les réseaux électriques basse et moyenne tension qu’il installe, améliore et entretient. Pour amener le courant jusque chez les usagers, ce technicien prépare d’abord le terrain : repérage à l’aide de plans, nettoyage et débroussaillage, balisage de sécurité…Puis il raccorde les lignes du réseau de distribution EDF aux bâtiments, via les coffrets électriques placés le long des façades des habitations. Il pose ensuite les câbles d’alimentation jusqu’aux compteurs. Dans la ville, il peut aussi installer l’éclairage public ou les feux de circulation. Surélever ou enfouir les câbles Pour les réseaux aériens, il plante les poteaux électriques. À lui de creuser les trous avec un engin de chantier, de lever puis de consolider les poteaux. Il déroule ensuite les câbles et les fixe à leur sommet. Il met enfin en place les équipements électriques (disjoncteur, sectionneur, transformateur). Pour les réseaux souterrains, il creuse une tranchée à l’aide d’une pelle mécanique, déroule les câbles, procède à divers raccordements, connexions ou dérivations, avant d’effectuer les dernières opérations de remblayage. Entretenir les lignes et postes électriques Peinture, désherbage, élagage : le travail d’entretien fait partie intégrante de sa mission. Périodiquement, ce professionnel vérifie l’état des lignes et des postes électriques. Quand il y a une coupure d’électricité, il recherche son origine, puis trouve une solution au problème. Selon les cas, il peut alors remplacer un câble, un isolateur ou consolider les supports accidentés. En permanence, il tente d’améliorer les performances du réseau afin de mieux répondre aux besoins des usagers. Compétences requises Robuste et endurant Remettre en place les lignes abattues par une tempête ou rétablir le courant relève souvent de l’exploit sportif. Au sommet de pylônes de 12 à 16 m de haut, tel un alpiniste, pas question de souffrir du vertige. De même, une bonne acuité visuelle est nécessaire pour distinguer les couleurs… et ne pas se tromper dans le branchement des câbles ! Responsable et capable d’initiatives Le sens des responsabilités et de l’initiative permet de maîtriser les situations où la sécurité des personnes est en jeu. Quant aux qualités relationnelles, elles facilitent le contact avec les clients. Des connaissances en électrotechnique Pour lever les poteaux ou dérouler des câbles, le technicien doit savoir utiliser des matériels spécialisés : engins hydrauliques de levage, treuils, etc. Les activités d’installation et de réparation font appel à des connaissances précises en électrotechnique, génie civil, travail des métaux…